le paganisme moderne, le paganisme aujourd'hui, le paganisme en France, fêtes celtiques, samain, imbolc, lughnasad, beltaine, les fêtes druidiques contemporaines, magie druidique et celtique, rituels druidiques

 

Le Druidisme est peu répandu et mal connu; par conséquent, il est victime de préjugés, d'approximations et de clichés.

Des Druides au 21° siècle?... N'importe quoi !

Nous n'entendons pas aujourd'hui réscusciter le druidisme en tant que composante sociale, et qui a disparu il y a plusieurs siècles avec la civilisation celtique à laquelle il était rattaché. Mais si l'on considère le druidisme comme une spiritualité, alors on fait appel à une dimension transcendante où le temps et l'espace tels que nous le concevons, n'ont pas cours. La Nature qui inspira et guida les Druides du passé dans leur Quête est toujours présente. Elle est au service de l'évolution spirituelle de l'homme contemporain comme elle le fût pour nos lointains Ancêtres.

Les Druides ?... Des païens !

Oui... et alors ?!!

Il est surprenant qu'un terme désignant simplement ceux qui n'habitaient pas les villes, ait pu devenir aussi péjoratif ! Aujourd'hui, lorsqu'il est question de paganisme, et donc de païens, nous voyons aussitôt apparaître l'à-priori qu'il s'agit de personnes à l'esprit arriéré, primitif, à la spiritualité rudimentaire et parés de vices les plus divers, ou tout du moins, des vices décrétés par l'église. Le païen serait donc une personne qu'il faudrait ramener à la "vraie foi", à la "vérité". Pour faire un peu d'ironie, nous ne sommes pas loin du mythe du "bon sauvage" du XIX° siècle; un bon sauvage qu'il fallait à tout prix "civiliser"... avec les conséquences que l'on connaît...

A côté de cette attitude condescendante, nous trouvons également une attitude paranoïaque qui va jusqu'à évoquer le "danger d'un retour au paganisme"... Nous aimerions savoir en quoi consiste exactement ce "danger"... D'autant plus que le paganisme a toujours perduré sous des formes plus ou moins discrètes dans nos villes et nos campagnes. S'il représentait un danger, cela se saurait! Le seul danger qu'il puisse représenter doit certainement se situer dans la "concurrence" qu'il représente pour des religions monopolistiques qui voient des fidèles potentiels leur échapper... Toutefois, il est plutôt rassurant d'être qualifiés de païens par des gens qui se prosternent devant de multiples statues de pierres ou de bois, qui divinisent les sources ou qui organisent des processions pour que les récoltes soient bonnes. Au moins ils savent de quoi ils parlent...

Les Druides n'ont pas une vision binaire de la vie et du monde; avec d'un coté le Bien et de l'autre le Mal. Ils ne séparent pas les gens entre païens et non-païens; Pour eux, l'harmonie de la Divinité s'exprime à travers la Nature toute entière à laquelle chaque être humain appartient, à travers la Grande Danse de la Vie; Danse à laquelle nous sommes invités à nous joindre et à participer pleinement.

Les Druides ?... Des satanistes !

Satan, le Diable ou Belzébuth, sont des croyances propres aux religions issues de la Bible. Les Druides donc auraient bien du mal à vénérer une entité qui, pour eux, n'existe pas et dont on ne trouve aucune trace dans la mythologie celtique. Le satanisme est indissociable du christianisme; les groupes satanistes ne sont donc en rien druidiques puisque leur doctrine se définit par rapport au dieu anthropomorphe de la Bible.

Le Druidisme ?... C'est réservé aux hommes !

Il est vrai que dans le passé certains groupes étaient fermés aux femmes. Mais ces groupes étaient généralement influencés par la Franc-Maçonnerie, certains avaient même une filiation directe avec des obédiences maçonniques. Les Francs-maçons qui composaient en majorité ces groupes druidiques avaient ramené avec eux des "coutumes" qui avaient cours dans leurs Loges.

Aujourd'hui, les choses ont évoluées et la majorité des Collèges et des Clairières druidiques prônent l'égalité entre les hommes et les femmes; celles-ci suivent le même enseignement que les hommes et il y a des Druidesses tout comme il y a des Druides. Pour nous, la Divinité a attribué à ces deux expressions de la nature humaine un rôle complémentaire dans le grand Cycle de la Vie. C'est donc tout naturellement que les hommes et les femmes trouvent leurs places dans les Cercles druidiques. En officiant ensemble dans les rituels, ils permettent d'exprimer cette complémentarité; d'apporter la perception, la compréhension et la sensibilité propre à chaque sexe.

Les Druides ?... Des nationalistes!

La Clairière de Semias, ainsi que l'écrasante majorité des mouvements druidiques actuels, se préoccupe exclusivement de la spiritualité druidique contemporaine. Elle pratique ses activités dans le respect des lois et des valeurs de la République. Les discussions politiques n'y ont pas leur place et nous laissons à chacun le libre choix de son orientation politique. Dans le même ordre d'idée, nous ne soutenons ni ne cautionnons aucun mouvement politique, de quelque bord que ce soit. L'utilisation ou la récupération de tout ou partie des textes présents sur ce site par des sites à vocation politique sera donc faite sans notre aval.

Le Druidisme ?... Une secte !

Alors que le Druidisme est reconnu comme religion officielle en Grande-Bretagne, au Québec et en Espagne, il y a, en France, pratiquement toujours un amalgame entre Druidisme et secte. Comme toutes les spiritualités alternatives, le Druidisme est victime de cet à-priori typiquement franco-français qui fait que tout mouvement spirituel qui ne fait pas partie des "grandes" religions, ou des religions "officielles" est systématiquement rangé dans la catégorie des sectes. C'est bien souvent par peur, liée à l'ignorance de ce qu'est réellement le Druidisme, par paresse mentale, mais parfois aussi par une réelle volonté de désinformation afin de jeter le discrédit sur les spiritualités alternatives, pour les combattre et les éradiquer.

Pourtant, bien qu'il existe des mouvements ou de groupes parfois très différents, le Druidisme est placé dans son ensemble sous la même étiquette péjorative. Afin de trouver des outils d'information sur ce sujet, nous vous renvoyons vers les sites traitants de ce problème afin que chacun puisse faire preuve de vigilance et de discernement dans ses démarches et ses rencontres. Toutefois, il faut savoir que les rares sites d'information sur les sectes sont souvent des sites chrétiens, et qu'il est très difficile d'avoir une information impartiale et objective sur ce sujet.

Quoi qu'il en soit, même si la recherche du pouvoir peut parfois se rencontrer auprès de personnes à l'ego surdimensionné, ce sont principalement des personnalités attirée par l'appât du gain que l'on risque de croiser le plus fréquemment; des personnes qui surfent sur une mode de retour à la nature, de l'écologie, etc.. pour proposer des stages ou des cérémonies payantes. Nous insistons donc à nouveau sur le fait que les enseignements, les rituels et les initiations doivent être gratuits, et qu'il est inconcevable qu'une pratique druidique s'élève à plusieurs centaines d'euros par an, même en faisant miroiter d'hypothétiques connaissances, voire un diplôme, à l'issue d'un pseudo "cursus". D'autre part, le Druidisme est une voie de liberté et, selon l'expression consacrée, le Druide est "un Etre libre parmi les Etres libres". Tout ce qui ne satisfait pas à ces deux critères de gratuité et de liberté de pensée ne saurait donc être considéré comme véhiculant la Tradition Druidique.

Dans le Druidisme, comme dans n'importe quelle discipline spirituelle, artistique ou professionnelle, seule une longue pratique, jalonnée de constance et de persévérance, peut nous faire avancer sur le Sentier.

Le Druidisme ?... C'est du new-age !

Le Druidisme ne nous est parvenu du fond du passé que de façon fragmentaire. Pour combler les trous laissés par l'Histoire, dans la mesure où c'est possible et souhaitable, les Druides d'aujourd'hui s'appuient à la fois sur les sources historiques disponibles, mais aussi sur des pratiques plus intuitives: réflexions, inspirations, méditations, etc... C'est donc un travail de recherches intérieures tout autant qu'intellectuelles qui sert de base aux différentes pratiques, et qui se veulent les plus cohérentes, sérieuses et respectueuses possibles de l'esprit des Druides du passé. Certes, l'héritage druidique présente des lacunes et il autorise donc une certaine latitude dans sa compréhension et son expression actuelle. Mais cela autorise-t-il pour autant d'y adjoindre toutes les approches personnelles, y compris les plus farfelues, et de baptiser "druidisme" n'importe quelle pratique individuelle ? C'est ce qui caractérise pourtant la vision "druidique" des adeptes du new-age. Dans cette vision, on peut discerner deux tendances prédominantes: le syncrétisme et le developpement personnel.

DRUIDISME ET SYNCRETISME : Parallèlement à ce qui se fait dans les Clairières et Collèges, nous voyons aujourd'hui se développer un "druidisme" élaboré à partir d'éléments que l'on trouve dans d'autres traditions. Ce peut être aussi bien dans les traditions dites "premières" ou natives (Amérindiens, chamans de Sibérie, bushmen d'Australie,...), mais aussi des pratiques exotiques généralement tirées de l'hindouisme (techniques respiratoires, chakras,...). Bien sur, ces traditions véhiculent en elles-mêmes une profonde spiritualité et elles peuvent parfois présenter des similitudes avec ce qu'aurait pu être le Druidisme de l'Antiquité, mais peut-on incorporer "telles quelles" des pratiques où des conceptions propres à d'autres traditions? Au final, et d'après ces conceptions, le druidisme devrait se résumer à n'être qu'un mélange de pratiques les plus diverses, majoritairement new-age ou exotiques.

Dans le domaine des religions, le Druidisme contemporain a sa spécificité, sa place et son rôle. Etant un paganisme, le Druidisme liée au "pagus", au "pays", et particulièrement aux territoires jadis habités par les Celtes. C'est pourquoi dans nos rituels nous n'invoquons que les divinités du panthéon celtique, voire des divinités locales qui étaient honorées dans le passé. Ce n'est pas par une volonté d'exclusion ou d'intolérance de notre part, c'est simplement que, pour nous, les cérémonies qui incluent des divinités d'autres religions ou d'autres cultures sont un syncrétisme hérité de la mouvance new-âge et ne peuvent donc être réellement qualifiées de druidiques. D’autre part, toute pratique spirituelle a pour but de se relier à des "Entités" ou des "Puissances" propres à la Voie considérée. Tenter de faire des rapprochements entre les divinités celtique et celles d'autres panthéons peut avoir un intérêt sur le plan intellectuel ou historique, mais d’un point de vue spirituel cela manque de cohérence et de pertinence.

DRUIDISME ET DEVELOPPEMENT PERSONNEL :LLe mouvement qu'on appelle new-age s'est approprié bien des domaines thérapeutiques et spirituels, y compris dans les savoirs ancestraux et traditionnels; au point qu'aujourd'hui nous voyons apparaître une subtile inversion des valeurs. En effet, beaucoup de choses se retrouvent maintenant affublées, à leur corps défendant, de l'étiquette "new-age". Nous pouvons prendre comme exemple la thérapie par les plantes ou encore le magnétisme; ceux-ci sont utilisés depuis la nuit des temps et le new-age n'en est pas à l'origine, mais cette Connaissance Ancestrale s'est vue accapérée par le new-age et a donné naissance à tout un commerce articulé autour des thérapies et du développement personnel.

Les pratiques du new-age sont grandement orientées vers le développement personnel, tout en faisant souvent un lien entre développement personnel et spiritualité. Pourtan, les techniques de développement personnel ne sont pas à amalgamer avec ce que peut véhiculer une Tradition spirituelle, même si le new-age propose également une doctrine basée sur l'avènement d'une "ère" nouvelle, l'Ere du Verseau. Le Druidisme, quant à lui, se base sur le panthéon celtique; il ne prône pas l'avènement d'une ère spirituelle nouvelle et universelle comme le fait le new-age. Par ailleurs, celui-ci théorise l'idée d'une "Source Unique" d'où découleraient toutes les Traditions. Selon cette croyance, toutes les spiritualités auraient un fond commun et devraient donc se mélanger joyeusement pour, au final, n'en faire plus qu'une. En vertu de ce dogme, le Druidisme se devrait d'incorporer toutes sortes de pratiques spirituelles. Pourtant, nous pourrions faire une analogie avec l'exemple bien connu du prisme qui diffracte la lumière blanche en toutes les composantes de l'arc-en-ciel. Pour prendre une image symbolique, chaque religion serait une "couleur" qui exprimerait la Lumière Originelle selon une note qui lui serait propre. C'est pourquoi, pour nous, chaque religion a sa raison d'être et chacune correspond à une des multiples conceptions qui font la richesse spirituelle de l'Humanité. N'est-il pas illusoire de penser qu'il pourrait y avoir une religion universelle à laquelle adhèreraient de leurs plein gré tous les être humains ?

Toutefois, il faut reconnaître que de nombreuses personnes ne souhaitant pas s'engager dans une voie spirituelle ont pu trouver dans les pratiques new-age une source d'épanouissement intérieur, voire spirituel; et il serait injuste et malhonnête de nier ce fait .

En résumé, le new-age est essentiellement basé sur l'individualisme, l'eccléctisme et le syncrétisme, ce qui est fondamentalement différent du Druidisme; qui n'est pas une somme de pratiques individuelles comme peut l'être le new-age. Si chaque Druide a une approche du Druidisme qui lui est propre, chacun d'eux s'intègre cependant dans un ensemble collectif qui fait sens.

S'engager sur la Voie du Druide c'est suivre une voie spirituelle basée sur l'héritage celtique, célébrer la nature et les mythes à travers la Roue de l'année, c'est honorer Cernunos ou Brigantia, se relier à Belenos et Belisama, à la mémoire des lieux et des Ancêtres, c'est partir en Quête du Druide en soi, perpétuer la transmission orale au sein des Clairières, etc. C'est tout cela, mais rien que cela.

La Voie du Druide s'accomplit dans la Forêt des Druides. Franchir le pas, vouloir entrer dans celle-ci, c'est franchir la lisière et entrer dans un lieu, une histoire, une mémoire. Le Druidisme, à l’image de la forêt, a lui aussi son histoire, sa mémoire. Mais lorsque nous sortons de la Forêt des Druides et que nous atteignons la lisière, nous ne sommes plus alors dans le Druidisme.

 

ACCUEIL DU SITE

 

fd