LA TRANSMISSION DRUIDIQUE AUJOURD'HUI - Devenir Druide aujourd'hui - les Druides en France, le Druidiems aujourd'hui. Formation pour devenir Druide, les druides celtes - Transmission et initiations druidiques

L’un des devoirs du Druide est de transmettre. Il est un passeur qui reçoit un héritage, qui se l’approprie en en comprenant et en en préservant le sens profond. Il le fait vivre et le transmet à son tour à ceux qui aspirent à cheminer dans une voie spirituelle. Cet héritage, venu du fond du passé, est perpétué aujourd’hui en France par plus d’une centaine de groupes, Collèges, Clairières et Bosquets, certains riches d’un grand nombre de membres, d’autres beaucoup plus restreints. Les Ordres, Collèges et Clairières druidiques actuels descendent pour la plupart de trois Lignées qui sont à l’origine de la résurgence du Druidisme au XVIII° siècle: la transmission druidique aujourd'hui, transmettre le druidisme, école et pratiques druidiques

- l'Ancient Druid Order, plus connu sous le nom de Druid Order, crée par John Toland en 1717 par le rassemblement de bosquets préexistants.

- l'Ancient Order of Druids fondée par Henry Hurle en 1781

- la première Gorsedd Beirdd Ynis Prydain (Collège des Bardes de l'Île de Bretagne) fondée par Iolo Morganwg en 1792, mais qu'il disait remonter par le biais du Bardisme Gallois au barde Trahearn Brydydd Mawr au XIIème siècle, voire à Geraint le barde bleu, au Xème siècle.

L'Assemblée de Semias s'inscrit dans la lignée de John Toland.

Dans l'antiquité, la transmission se faisait uniquement par voie orale, de Druide à disciple, car les Druides pensaient que l'écrit pouvait figer la pensée et même devenir dogmatique; les siècles qui suivront leur donneront raison. Le Druidisme d'aujourd'hui est une spiritualité vivante et perpétue cette approche. Toutefois, si l'oralité a toujours sa place, les Druides contemporains utilisent également l'écrit pour transmettre leur enseignement. L'écrit est ce qu'on en fait : on peut l'utiliser comme le merveilleux support de transmission de la connaissance qu'il est, ou bien en faire un texte qui fait force de loi; soit il permet l'évolution de la pensée, soit on en fait un carcan obscurantiste.

La transmission au sein de la Clairière s'appuie donc à la fois sur l'oralité et sur l'écrit, ce dernier étant proposé en tant que complément, structure et fil conducteur, et en tant que stimulant de la réflexion et de la recherche personnelle. Un adage concernant l'enseignement druidique dit d'ailleurs:

 

"Ecoute d'abord, lis ensuite"

 

 

 

 

Nous définissons le Druidisme comme étant une Tradition. Mais qu’est-ce qu’une Tradition ?

Une Tradition est un ensemble de savoirs, d'attitudes et de pratiques qui se réfèrent à un passé pour guider nos actions dans le présent, que cela soit dans le domaine matériel, culturel, spirituel, etc… C’est un fil conducteur qui relie les générations entre elles. La Tradition implique donc une transmission du passé vers le présent ; en cela le Druidisme correspond bien à cette définition.

Cependant, à la différence des religions révélées, il n’y a pas d’écrits sacrés ou de personnage fondateur qui serait à l’origine d’un enseignement particulier. Le cas du Druidisme semble donc plus complexe. D’autre part, nous savons que les Druides du passé se refusaient à mettre leur savoir par écrit. On peut donc légitimement se demander ce qu’il y aurait à transmettre d’une Tradition officiellement disparue et qui était basée uniquement sur l’oralité. Pourtant, nous disposons de sources qui, bien qu’incomplètes et d’origines diverses, nous permettent de bâtir un substrat à partir duquel nous pouvons essayer d’appréhender l’esprit qui animait les Druides du passé afin de développer un Druidisme adapté au monde contemporain. Ces sources nous montrent que, consciemment ou inconsciemment, c’est tout un ensemble d’éléments qui a été transmis et qui ont trait non seulement à la religion et la philosophie des Druides, mais également des pratiques populaires qui, bien qu’ayant été adaptées ou dénaturées au fil du temps, sont le reflet de la pensée et de la spiritualité des Druides.

 

Une société sans tradition serait une société sans mémoire et sans identité propre. Au Moyen Age on disait : "Nous sommes des nains sur les épaules de géants". Cela veut dire que nous bénéficions aujourd'hui de ce qui nous a été transmis, de ce qui a résisté à l'épreuve du temps, et que c'est grâce à cela que nous pouvons voir plus loin que les générations précédentes. Chaque génération apporte donc une nouvelle compréhension des choses ; nos évolutions personnelles contribuent ainsi à une évolution générale de l'humanité. Cependant, cette évolution ne peut se faire qui si nous sommes conscients de ce qui nous a été légué; il nous faut ensuite l'accepter et enfin nous l'approprier en intégrant le sens profond de cet héritage. Il nous appartiendra alors de le transmettre à notre tour, enrichi de notre apport, à celles et ceux qui nous suivront.

Le passé n'est pas uniquement important parce qu'il est notre histoire, mais parce que chacun peut y repérer un éternel présent, un substrat valable pour toutes les époques. L’application de cet héritage ne consiste pas en une simple imitation : elle consiste en la recherche de la façon dont les Anciens ont conduit leur vie selon leur époque, afin de nous inspirer de ces fondements pour conduire nos vies contemporaines.

Ce qu’on nous a transmis constitue nos racines à partir desquelles nous allons pouvoir développer notre personnalité, notre façon d’appréhender le monde et la vie. Le besoin de recevoir une transmission fait partie de la nature humaine ; sans celle-ci, nous sommes des êtres « hors sol », déracinés, avec des difficultés à nous identifier et à nous positionner au sein de la société dans laquelle nous somme né. Sur un plan strictement social, chaque société a élaboré des codes qui sont transmis à chaque nouvelle génération afin qu’elle puisse se sentir appartenant pleinement à celle-ci.

Toutefois, depuis plusieurs années on peut assister à un phénomène nouveau qui a un impact sur la transmission au sens large. L’extrême rapidité de l’évolution des techniques a laissé sur le bas côté les générations plus anciennes qui ne sont pas nées avec ces technologies. Celles-ci sont aujourd’hui omniprésentes dans nos vies, et les facilités qu’ont les nouvelles générations à les contrôler induisent la croyance que les parents n’ont plus rien à apprendre aux enfants. Par ailleurs, l’omniprésence, on pourrait même parler d’omnipotence de la technologie et de ce qui lui est lié, donne le sentiment qu’elle se suffit à elle-même, et donc que ce qui sort de son domaine n’a pas de valeur ou d'intérêt. Le processus naturel de transmission d’une génération à l’autre a fini par se rompre. Les parents s’étant laissé dépossédés de leur rôle, ont dans une large mesure démissionné et n’ont plus assuré la transmission de leur culture et de leurs valeurs., soit par méconnaissance ou rejet de leur propre culture, soit en considérant que les nouvelles générations sont supérieures et n'ont rien à recevoir des générations antérieures. Mais un des des effets pervers de cela est de faire croire à tout un chacun que l'Histoire commence avec lui, occultant tout l'héritage du passé, considérant que tout ce dont nous bénéficions est un dû qui sera toujours là alors que c'est le fruit de nombreuses générations d'éfforts, d'inventions, de luttes.. Pourtant, les parents ont un message à transmettre à leur descendant.

Mais la nature ayant horreur du vide, à cette carence de transmission s’est substitué une culture virtuelle ; elle a développée des valeurs et des repères basés sur des films à succès, des séries télé, des jeux de rôles, Internet, etc…. Mais cette culture virtuelle, éphémère et dépendante d’une technologie peut-elle être transmise? peut-elle être pérènne?

Par ailleurs, comment s'étonner que face à ce vide où à une culture modialisée factice et sans racines, de nombreuses personnes se tournent à nouveau vers leur identité familiale, culturelle ou régionale, mais bien souvent par réaction où par quête identitaire plutôt que par une recherche d'épanouissement ou d'équilibre.

 

Transmettre une tradition suppose une structure efficiente qui respecte ce qui a été reçu sans perte de sens. Aujourd’hui, la façon de transmettre le Druidisme se présente sous trois forme : l’oral, l’écrit et l’initiation. La Clairière perpétue ses trois formes pour ses Membres.

Nous avons vu que dans l’Antiquité le druidisme se transmettait uniquement par voie orale. Il est avéré que les Druides de ce temps là répugnaient à mettre leur savoir par écrit, considérant que celui-ci pouvait figer la pensée. La Tradition druidique contemporaine perpétue cette approche en privilégiant l’oralité. L'Assemblée de Semias, comme la plupart des Clairières druidiques, pratique la transmission orale en s’appuyant sur des ateliers ou des cercles d’études, et dans lesquels les Membres ont une part active.

La Clairière propose des Manuscrits qui constituent une trame pour les études et les recherches personnelles des Membres. transmettre la tradition druidique par l'écrit

Nous ne parlerons pas ici de la transmission par l’initiation car cela n'a pas lieu d'être. Une initiation est avant tout un vécu intérieur dans un cadre rituellique; une expérience qui fait intervenir nos émotions et notre être spirituel, et il est pratiquement impossible d'en parler de façon intellectuelle. Celui qui n'a pas reçu une initiation n'en aura qu'une vision très superficielle et ne pourra en saisir réellement le sens profond. Pour un initié, toute explication est superflue.

Toutefois, sans aborder les initiations, on peut cependant parler des rituels qui, d’une certaine façon, participent à la transmission. En effet, les rituels permettent d’exprimer « ce qui ne peut être écrit » à travers les actes accomplis, les symboles présents et les paroles prononcées. Ceux qui participent à nos cérémonies peuvent donc recevoir une partie de la transmission druidiquel.

 

 

smettre la tradition druidique par le rituel. transmettre la tradition druidique par l'initiation

ORLEANS- Loiret spiritualité - La Clairière Cerridwen est une clairière druidique traditionnelle située en région d'Orléans (Loiret). Bardes, Ovates et Druides. Elle propose un enseignement druidique sur quatre degrés: Mabinog, Barde, Ovate et Druide. Elle est ouverte aux druides qui souhaitent se regrouper dans un but d'échange et de partage à l'occasion des huit cérémonies druidiques annuelles( Samain, Imbolc, Beltaine, Lughnasad, solstices et equinoxes). Orléans, Loiret. Elle est également ouverte, après une première rencontre, à tous ceux qui ont une approche spirituelle de la nature et qui souhaitent appréhender une pratique en harmonie avec leurs aspirations. Foret d'Orléans, druidisme, enseignement druidique aujourd'hui, transmission druidique, paganisme contemporain, spiritualité rituel druidique Orleans, esotérisme, philosophie pratique et spiritualité païenne, paganisme, loiret, druidisme dans l'orléanais, druidisme en france loiret, druidic seedgroup in France

ACCUEIL DU SITE

 

fd